October 1st – November 5, 2011

Hosted by:

Galerie de Roussan

10 rue Jouye-Rouve, 75020 PARIS
phone : 09 81 28 90 59
email: contact@galeriederoussan.com
www.galeriederoussan.com

How does the context of showing something affect the work that is shown? Are artists from New York (or perhaps Berlin, or Beijing) automatically “bigger” on the world stage because of their geographical location? Does showing in Chelsea make one bigger than showing in Bushwick? Or vice versa? What about artists from New York showing in Paris? Thinking about questions like these reaffirms the undeniably social character of art, reaffirms that its value and interpretation depends to an enormous degree on social conventions that govern its presentation and reception. Yet this social condition of art, unquestionably embedded in its very nature, is confronted at the same time by the aesthetic condition of art, the mysterious happenings that can occur between an object and a viewer and strive to transcend their social situations. Sometimes, when times are good, art claims our individual attention and our social situations are momentarily irrelevant. Something more important is at play.
Smaller New York is a new curatorial initiative that explores both the socially constructed nature of the artworld and the idiosyncratic phenomenal experience of individual viewers. It presents the work of emerging NYC artists in very specific, unique gallery environments located within the spaces of partner galleries throughout Paris. 

 

The project explores different notions of scale, firstly by presenting work which will for the most part be smaller than usual, and also by presenting artists who have not exhibited in Paris and whose reputations are thus smaller there. Furthermore, by collaborating with a range of other exhibition spaces, the project is also able to call attention to the way in which the sizes of different gallery’s reputations influence the works they contain.

 

But perhaps most importantly, Smaller New York provides the gallery-going public an opportunity to experience a sense of wonder by providing a new lens through which to view the work of these artists. The unusual setting and context of the work directly makes use of the perceptual faculties of the viewer to challenge assumptions and reawaken curiousity in the world around us.

Comment la présentation et la scénographie  affectent-elles les œuvres présentées. Les artistes de New York (ou peut-être Berlin ou Pékin) sont-ils automatiquement plus “grands” à cause de leur provenance géographique ? Est-ce qu’exposer à Chelsea rend plus “grand” qu’exposer à Bushwick ? Ou vice versa ? Et qu’en est-il des artistes new yorkais exposant à Paris ? Toutes ces questions réaffirment le caractère indéniablement social de l’art et que sa valeur et son interprétation dépendent en grande partie des conventions sociales qui gouvernent sa présentation et sa réception. Et pourtant cette condition sociale de l’art, sans aucun doute ancrée dans sa nature même, est confrontée à la fois par la condition esthétique de l’art, les instants mystérieux qui se produisent entre un objet et un spectateur et la quête pour transcender leurs situations sociales. Parfois, quand les temps sont bons, l’art attire notre attention individuelle et nos situations sociales sont temporairement hors sujet. Quelque chose de plus important est alors en jeu. 

 

En français

Smaller New York est une nouvelle initiative curatoriale qui explore à la fois la nature construite du monde de l’art contemporain et l’expérience phénoménologique idiosyncratique de chacun des spectateurs/visiteurs, où le travail d’artistes émergents de New York est présenté dans un espace ad hoc situé dans des galeries partenaires dans Paris.

 

Le projet explore donc différentes notions d’échelles, en présentant tout d’abord des oeuvres qui pour la plupart sont physiquement plus petites que ce que les artistes réalisent habituellement et aussi parce que ce sont des artistes qui n’ont jamais exposé à Paris et dont la réputation est de moindre importance ici (à Paris, pour l’instant!). De plus, en collaborant avec de multiples de galeries, le projet attire l’attention sur comment la taille et l’importance des galeries influencent les oeuvres qu’elles y présentent. Mais peut-être que, plus important encore, Smaller New York offre aux visiteurs des galeries une opportunité d’expérimenter une sensation de songe et d’étonnement en proposant un autre regard sur les oeuvres de ces artistes. Le cadre insolite et le contexte des oeuvres contribuent à challenger les facultés de perception du spectateur et nous incitent à être plus curieux pour les choses et le monde qui nous entourent.

About Jonathan Brand:

 

Like Dave Hickey, Jonathan Brand used to spend time working on his car. He had a classic 1969 Mustang coupe that he was slowly, painstakingly rebuilding. In 2003 he sold the car in order to be able to afford to buy a diamond engagement ring. Since then both the diamond and the car have become recurrent motifs in his work. Most recently, he has constructed every part of the original car from paper, using a complex computer program, a high tech printer, and a whole lot of hours of folding. He has also created larger than life sized versions of the diamond using a variety of beautiful hardwoods, as well as scale model replicas of the car. The shifting scale of these elements proposes the absurdity of their exchange values, and suggests the idea that their values are not fixed, but relative. At the same time, the often vast amounts of labor that go into these poetic gestures suggests that values are more the result of personal investment than of a salesman’s pricetag. His recent fabrication of the car from paper is currently on view at Hosfelt gallery in New York.

En français

Comme Dave Hickey, Jonathan Brand a passé pas mal de temps dans sa voiture. Il avait une Mustang CC de 1969, qu’il au fur et à mesure des années rénovée. En 2003, il l’a vendue pour finalement acheter une bague de fiançailles en diamant. Dès lors, le diamant et la voiture sont devenus  des éléments récurrents de son travail. Plus récemment, il a décidé d’entreprendre la reproduction à l’échelle 1/1 de la Mustang, tout en papier, de la carrosserie, à chacune des parties composantes du moteur et de l’intérieur, utilisant un ordinateur complexe, une imprimante high-tech et des heures et des heures de pliage. Il a également créé des diamants en bois précieux à l’échelle surdimensionnée ainsi que des répliques miniature de la voiture.

 

Le changement d’échelle de ces éléments suggère l’absurdité de leur valeur d’échange financière et l’idée que ces valeurs ne sont pas figées, mais relatives. Egalement, l’esprit ultra chronophage, démesuré et poétique des différents projets entrepris par Jonathan Brand souligne que la notion de valeur se réfère plus à l’investissement personnel qu’au prix étiqueté. Sa voiture en papier est actuellement exposée à la galerie Hosfelt de New York.

About Galerie de Roussan

Located on 10, rue Jouye-Rouve, right in the heart of Belleville, Galerie de Roussan opened in a district where a new generation of galleries shows a cutting edge selection of artists to express their differences from the mainstream art scene. The space perfectly combines warmth and privacy. Divided in two floors, the venue allows original display opportunities through unique architecture. For « Smaller New York », the gallery opens a completely new space downstairs to introduce the work of Jonathan Brand.

En français

Située au 10, rue Jouye-Rouve, au coeur du quartier de Belleville, en plein essor artistique, la Galerie de Roussan s’est implantée dans un lieu où une nouvelle génération de galeristes manifeste leurs différences à travers une programmation radicale et originale.
La galerie de Roussan conjugue parfaittement convivialité et intimité. Divisé sur 2 niveaux, l’un en vitrine l’autre vouté, le lieu permet une scénographie originale et un parcours didactique. Mais pour « Smaller New York » , la galerie pousse les murs et s’agrandit…afin de vous présenter Jonathan Brand. Un artiste et un nouvel espace à découvrir sans plus attendre.

 

How does the context of showing something affect the work that is shown? Are artists from New York (or perhaps Berlin, or Beijing) automatically “bigger” on the world stage because of their geographical location? Does showing in Chelsea make one bigger than showing in Bushwick? Or vice versa? What about artists from New York showing in Paris? Thinking about questions like these reaffirms the undeniably social character of art, reaffirms that its value and interpretation depends to an enormous degree on social conventions that govern its presentation and reception. Yet this social condition of art, unquestionably embedded in its very nature, is confronted at the same time by the aesthetic condition of art, the mysterious happenings that can occur between an object and a viewer and strive to transcend their social situations. Sometimes, when times are good, art claims our individual attention and our social situations are momentarily irrelevant. Something more important is at play.
Smaller New York is a new curatorial initiative that explores both the socially constructed nature of the artworld and the idiosyncratic phenomenal experience of individual viewers. It presents the work of emerging NYC artists in very specific, unique gallery environments located within the spaces of partner galleries throughout Paris. 

The project explores different notions of scale, firstly by presenting work which will for the most part be smaller than usual, and also by presenting artists who have not exhibited in Paris and whose reputations are thus smaller there. Furthermore, by collaborating with a range of other exhibition spaces, the project is also able to call attention to the way in which the sizes of different gallery’s reputations influence the works they contain.

But perhaps most importantly, Smaller New York provides the gallery-going public an opportunity to experience a sense of wonder by providing a new lens through which to view the work of these artists. The unusual setting and context of the work directly makes use of the perceptual faculties of the viewer to challenge assumptions and reawaken curiousity in the world around us.

ABOUT JONATHAN BRAND:

Like Dave Hickey, Jonathan Brand used to spend time working on his car. He had a classic 1969 Mustang coupe that he was slowly, painstakingly rebuilding. In 2003 he sold the car in order to be able to afford to buy a diamond engagement ring. Since then both the diamond and the car have become recurrent motifs in his work. Most recently, he has constructed every part of the original car from paper, using a complex computer program, a high tech printer, and a whole lot of hours of folding. He has also created larger than life sized versions of the diamond using a variety of beautiful hardwoods, as well as scale model replicas of the car. The shifting scale of these elements proposes the absurdity of their exchange values, and suggests the idea that their values are not fixed, but relative. At the same time, the often vast amounts of labor that go into these poetic gestures suggests that values are more the result of personal investment than of a salesman’s pricetag. His recent fabrication of the car from paper is currently on view at Hosfelt gallery in New York.

ABOUT GALERIE DE ROUSSAN

Located on 10, rue Jouye-Rouve, right in the heart of Belleville, Galerie de Roussan opened in a district where a new generation of galleries shows a cutting edge selection of artists to express their differences from the mainstream art scene. The space perfectly combines warmth and privacy. Divided in two floors, the venue allows original display opportunities through unique architecture. For « Smaller New York », the gallery opens a completely new space downstairs to introduce the work of Jonathan Brand.

Comment la présentation et la scénographie  affectent-elles les œuvres présentées. Les artistes de New York (ou peut-être Berlin ou Pékin) sont-ils automatiquement plus “grands” à cause de leur provenance géographique ? Est-ce qu’exposer à Chelsea rend plus “grand” qu’exposer à Bushwick ? Ou vice versa ? Et qu’en est-il des artistes new yorkais exposant à Paris ? Toutes ces questions réaffirment le caractère indéniablement social de l’art et que sa valeur et son interprétation dépendent en grande partie des conventions sociales qui gouvernent sa présentation et sa réception. Et pourtant cette condition sociale de l’art, sans aucun doute ancrée dans sa nature même, est confrontée à la fois par la condition esthétique de l’art, les instants mystérieux qui se produisent entre un objet et un spectateur et la quête pour transcender leurs situations sociales. Parfois, quand les temps sont bons, l’art attire notre attention individuelle et nos situations sociales sont temporairement hors sujet. Quelque chose de plus important est alors en jeu. 

 

Smaller New York est une nouvelle initiative curatoriale qui explore à la fois la nature construite du monde de l’art contemporain et l’expérience phénoménologique idiosyncratique de chacun des spectateurs/visiteurs, où le travail d’artistes émergents de New York est présenté dans un espace ad hoc situé dans des galeries partenaires dans Paris.

Le projet explore donc différentes notions d’échelles, en présentant tout d’abord des oeuvres qui pour la plupart sont physiquement plus petites que ce que les artistes réalisent habituellement et aussi parce que ce sont des artistes qui n’ont jamais exposé à Paris et dont la réputation est de moindre importance ici (à Paris, pour l’instant!). De plus, en collaborant avec de multiples de galeries, le projet attire l’attention sur comment la taille et l’importance des galeries influencent les oeuvres qu’elles y présentent. Mais peut-être que, plus important encore, Smaller New York offre aux visiteurs des galeries une opportunité d’expérimenter une sensation de songe et d’étonnement en proposant un autre regard sur les oeuvres de ces artistes. Le cadre insolite et le contexte des oeuvres contribuent à challenger les facultés de perception du spectateur et nous incitent à être plus curieux pour les choses et le monde qui nous entourent.

A propos de Jonathan Brand

Comme Dave Hickey, Jonathan Brand a passé pas mal de temps dans sa voiture. Il avait une Mustang CC de 1969, qu’il au fur et à mesure des années rénovée. En 2003, il l’a vendue pour finalement acheter une bague de fiançailles en diamant. Dès lors, le diamant et la voiture sont devenus  des éléments récurrents de son travail. Plus récemment, il a décidé d’entreprendre la reproduction à l’échelle 1/1 de la Mustang, tout en papier, de la carrosserie, à chacune des parties composantes du moteur et de l’intérieur, utilisant un ordinateur complexe, une imprimante high-tech et des heures et des heures de pliage. Il a également créé des diamants en bois précieux à l’échelle surdimensionnée ainsi que des répliques miniature de la voiture.

Le changement d’échelle de ces éléments suggère l’absurdité de leur valeur d’échange financière et l’idée que ces valeurs ne sont pas figées, mais relatives. Egalement, l’esprit ultra chronophage, démesuré et poétique des différents projets entrepris par Jonathan Brand souligne que la notion de valeur se réfère plus à l’investissement personnel qu’au prix étiqueté. Sa voiture en papier est actuellement exposée à la galerie Hosfelt de New York.

La Galerie de Roussan s’agrandit pour recevoir l’exposition « Smaller New York » avec Jonathan Brand.
Située au 10, rue Jouye-Rouve, au coeur du quartier de Belleville, en plein essor artistique, la Galerie de Roussan s’est implantée dans un lieu où une nouvelle génération de galeristes manifeste leurs différences à travers une programmation radicale et originale.
La galerie de Roussan conjugue parfaittement convivialité et intimité. Divisé sur 2 niveaux, l’un en vitrine l’autre vouté, le lieu permet une scénographie originale et un parcours didactique. Mais pour « Smaller New York » , la galerie pousse les murs et s’agrandit…afin de vous présenter Jonathan Brand. Un artiste et un nouvel espace à découvrir sans plus attendre.